Respirer consciemment

Respirer consciemment

S’inviter au LÂCHER-PRISE

Apprenez à respirer consciemment, en effet la plupart d’entre nous respirons sans y penser, comme une évidence parce que respirer est une fonction automatique du cerveau.

Respirer est au cœur de notre vie, depuis notre naissance et jusqu’à notre dernier souffle.

Avez-vous déjà observé la respiration du nouveau-né ou un petit enfant qui dort ? Sa respiration est uniquement abdominale. Quand l’enfant grandit, après l’âge de 7 ans, avec les « il faut », les « tu dois » il perd la respiration naturelle libre dans le ventre et quand il grandit encore plus, qu’il poursuit ses études, il désapprend complètement à respirer et le jeune adulte se retrouve dans l’incapacité de respirer normalement.

La respiration est un excellent baromètre de notre état interne. Elle est comme un trait d’union entre le corps et l’esprit.

Dès que l’on respire mal, l’organisme s’encrasse, se fatigue, le moral baisse ; on se sent verrouillé, noué, limité dans nos actes et dans nos pensées.

La plupart du temps, nous respirons trop superficiellement et il ne fait donc aucun doute qu’une respiration superficielle nous garantit une expérience de nous-mêmes superficielle.

Œuvrer avec sa respiration consciemment permet d’aller à la rencontre des problèmes, qui nous habitent, en vue de les dénouer et de s’en débarrasser.

On vit comme on respire.  On respire comme on vit. 

Respirer en conscience c’est :

  • Porter son attention, plusieurs fois par jour, et pendant plusieurs minutes,  sur toutes les parties du corps qui participent à la respiration, depuis les ailes du nez jusqu’au bas du ventre.
  • s’entraîner au lâcher-prise.
  • Porter son attention sur les sensations ressenties, depuis les sensations de l’air frais et sec sur le bord interne de chaque narine, jusqu’aux sensations dans le ventre et dans toutes les parties du corps, les unes après les autres.
  • Accueillir et observer ces sensations, quel qu’elles soient pour prendre conscience de ses états internes, peurs, contraintes, contradictions, stresses, (ou joie, plénitude, sérénité).
  • Passer d’un souffle court, saccadé, superficiel, à une respiration ample, calme, lente, régulière, libre dans le ventre, pour nous libérer dans un premier temps, puis retrouver l’équilibre sur tous nos plans (physique, psychique, émotionnel, spirituel).
  • Pratiquer la « respiration complète » en utilisant le diaphragme, jusqu’à ce que celle-ci devienne naturelle.

Les 3 phases de la respiration complète (Université occidentale de yoga)

1) L’inspiration
– Phase a (dite basse ou abdominale) :
Inspirer en poussant l’air vers le bas, de façon à abaisser le diaphragme ; on doit voir le
ventre se dilater légèrement.
– Phase b (dite moyenne ou thoracique) :
Continuer l’inspiration en ouvrant les côtes et en poussant l’air sur les côtés, sans rentrer le
ventre.
– Phase c (dite haute ou claviculaire) :
Terminer l’inspiration en remplissant la partie supérieure des poumons et en relevant la poitrine.
Dans l’inspiration complète, les 3 phases se succèdent et s’enchaînent.

2) L’expiration
– Phase a :
  Rentrer le ventre en commençant l’expiration.
– Phase b :
  Laisser s’abaisser les côtes.
– Phase c :
  Abaisser la partie supérieure de la poitrine.
Dans l’expiration complète, les 3 phases se font presque simultanément.

Dans une journée, nous prenons entre 15000 et 17000 respirations, si nous respirions en conscience, donc naturellement, ne serait-ce qu’une faible partie du temps, notre santé globale serait améliorée et nous aurions une conscience plus profonde de qui nous sommes réellement.

Une réflexion au sujet de « Respirer consciemment »

  1. Ping : Le stress de la femme enceinte - Moi Murielle SophrologueMoi Murielle Sophrologue

Les commentaires sont fermés.